On vous aide à trouver votre futur métier

Fiche Métier de steward

4.5/5 - (13 votes)

Le personnel navigant est responsable du bien-être et du confort des voyageurs durant les vols en avion. Il travaille en équipe et fait tout son possible pour satisfaire les clients. Dans cette fiche métier, vous trouverez tous les renseignements nécessaires pour intégrer le monde de la naviguation.

 

Quelle est la tâche d’un Steward ?

Le terme steward (pour le personnel masculin) est également connu sous les noms d’hôtesse de l’air (pour le personnel féminin) et Personnel Navigant Commercial ou PNC (terme général).

Quotidien du Personnel Navigant

Quand un steward arrive à l’aéroport, sa journée commence par un briefing avec l’équipage. Dans ce briefing, le chef de cabine va distribuer les rôles pour le ou les vols à venir et l’équipage sera informé des conditions de vol (durée, météo, risques, etc).

Avant l’embarquement des passagers, le steward et son équipe mènent des vérifications de sécurité à l’intérieur de la cabine. Ils vérifient les dispositifs de sécurité (sorties de secours, chemin lumineux, toboggans, gilets de sauvetage…), les coffres à bagages, l’interphone, ainsi que le stock de repas, couvertures, boissons, snacks et produits duty free.

Le PNC accueille ensuite les passagers et les aide à s’installer si besoin. Avant le départ, il s’assure que tous les bagages soient bien fermés et que tous les passagers aient attaché leur ceinture de sécurité.

Avant le décollage, il présente les instructions de sécurité à toute la cabine, montre l’emplacement des sorties de secours, gilets de sauvetages et des masques à oxygène (les consignes sont souvent diffusées sur les écrans lors des vols long-courriers). Il s’assoit et s’attache pour le décollage.

Pendant le vol, le steward est en charge du bien-être et du confort des passagers, mais aussi de leur sécurité, c’est pourquoi il est formé aux gestes de premiers secours. Il peut veiller sur les personnes malades ou blessées à bord de l’appareil et contacter le SAMU par radio en cas de besoin.

Il circule régulièrement avec un chariot pour proposer des snacks, des boissons et des produits « duty free ». Il s’occupe aussi de chauffer et de servir les repas à bord tout en répondant aux demandes des passagers.

Le steward est responsable de la propreté de la cabine. Il la nettoie et passe auprès des passagers avec un sac poubelle pour récupérer les déchets.

Avant de s’asseoir à nouveau pour l’atterrissage, il vérifie que les passagers soient attachés, les sièges, les hublots ainsi que les tablettes relevés, que les coffres soient fermés et que les affaires soient rangées.

Il remercie et salue les passagers au moment de leur débarquement avant de nettoyer la cabine et de quitter l’avion.

En fonction de l’étendue des vols qu’il effectue (court-courriers, moyen-courriers, long-courriers), le steward peut enchaîner de 1 à 4 vols dans la journée.

Le steward est habillé d’un costume accompagné d’une cravate aux couleurs de sa compagnie. Comme il représente l’image de sa société, il doit toujours être bien présenté de la tête aux pieds.

En matière d’équipement, il transporte son matériel de démonstration pour les consignes de sécurité (s’il les anime) composé d’une ceinture de sécurité, d’un gilet de sauvetage et d’un masque à oxygène.

S’il ne rentre pas chez lui après sa journée de travail, le steward doit également emporter des produits de toilette et des vêtements de rechange.

Qualités essentielles, compétences nécessaires

Le steward doit être très adaptable car il change sans arrêt d’équipe, d’horaires, de destination (et donc de météo et de température). Il faut une bonne résistance pour ce métier car la fatigue peut vite s’installer, surtout avec les horaires décalés.

C’est un métier qui demande également un grand sens du service, de la patience et de l’écoute car il est toujours en contact avec les passagers, doit les rassurer et satisfaire leurs demandes avec le sourire.

Opportunités, recrutement et lieux d’exercice

Les compagnies aériennes engagent régulièrement des PNC, ce secteur était prospère avant la crise du coronavirus avec des possibilités nombreuses pour les jeunes diplômés. Vu que le secteur aérien traverse des moments difficiles, les offres d’emploi seront moins nombreuses pour les prochaines années, et certaines entreprises aériennes vont même réduire leur personnel.

Pour trouver un poste chez une compagnie, il faut faire une demande habituelle (CV + lettre de motivation), des salons de l’emploi sont souvent organisés pour que le steward puisse facilement rencontrer les recruteurs.

La plupart des stewards travaillent comme salariés dans une compagnie aérienne, mais il est aussi envisageable de se tourner vers l’aviation privée et d’être employé par un propriétaire de jet privé ou par une entreprise de jets privés.

Horaires, conditions et temps de travail

Un steward a des horaires très aléatoires. Il peut avoir des travaux les week-ends, les jours fériés et la nuit. En moyenne, un steward travaille environ 75 heures par mois.

Les conditions de travail sont assez éprouvantes, mais les stewards sont souvent passionnés par leur métier qui leur permet de voyager, d’échapper à la routine et de travailler depuis les airs.

 

Quel est le salaire et l’évolution de carrière d’un steward ?

Le salaire d’un steward est en grande partie déterminé par la compagnie aérienne qui l’emploie, chacune ayant sa propre grille de salaires.

Les débutants dans une compagnie à bas coût (p. ex. Ryan Air ou Easy Jet) gagnent généralement le SMIC.

Chez Air France, le salaire d’un steward débutant est d’environ 1.700€ brut par mois (26€ net). Après un an, ce salaire augmente à 1.800€ brut et peut atteindre 3.500€ brut (2.730€ net) en fin de carrière.

Les salaires les mieux rémunérés se trouvent dans les compagnies internationales comme Emirates ou Qatar Airways, dont les PNC débutants touchent environ 2.050€ brut par mois (1.600€ net).

Les stewards peuvent aussi bénéficier de primes (pour les heures de nuit par exemple) et d’avantages (repas, hôtel, transport…) en plus de leur salaire.

Dans l’aviation privée, les rémunérations sont plus élevées (à partir de 3.500€ brut par mois, soit 2.730€ net), mais les postes sont plus difficiles à obtenir.

Pour faire progresser sa carrière, un steward peut devenir chef de cabine, chef de cabine principal dans le cas d’un équipage important, ou choisir de rester à terre en devenant agent d’escale, par exemple, ou de gravir les échelons jusqu’à devenir chef PNC d’une compagnie aérienne.

Quelles études pour devenir Steward ?

Pour devenir steward, il est requis d’avoir un niveau minimal BAC, bien que les BAC +2 ou BAC +3 soient plus appréciés, notamment les BTS Tourisme ou les licences de langues (LEA ou LLCER).

Une formation CCA (Cabin Crew Attestation) dans un centre agréé par la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) est aussi nécessaire. La formation est payante, le coût total étant situé entre 1.500€ et 2.000€.

Pour intégrer la formation, le candidat doit respecter les critères suivants : être âgé de plus de 18 ans, avoir un niveau BAC, être en bonne condition physique et savoir nager au moins 50 mètres en moins de 2 minutes.

La formation consistera en une partie théorique d’une durée de 3 semaines et un examen sous forme de QCM de 1h45. Une bonne note (75%) est nécessaire pour accéder à la partie pratique.

La partie pratique dure 35 heures réparties sur une semaine et demi, et se divise en deux jours d’examen devant des examinateurs de la DGAC. Pendant cette formation, l’étudiant étudiera la réglementation, la météo, l’équipage, les premiers secours, les marchandises dangereuses, la communication, etc.

La CCA est un diplôme européen reconnu par toutes les compagnies aériennes internationales. Sa durée de validité est illimitée, bien que le steward devra la répasser après 5 ans sans vol.

Il est en outre impératif de posséder un niveau d’anglais très élevé (maîtriser d’autres langues est un plus), pour cela le steward devra passer le test TOEIC et obtenir un bon score. Une préparation personnelle ou en formation est conseillée avant de passer le TOEIC. Le passage du test est facturé 116€.

Synonymes et métiers apparentés : hôtesse de l’air, chef de cabine, pilote d’avion de ligne, employé d’escale, contrôleur aérien, hôte d’accueil.
Niveau d’étude minimum nécessaire : niveau BAC ou équivalent + CCA (Cabin Crew Attestation).
Études en alternance : non.
Salaire d’entrée : SMIC.
Statut : salarié.
Limite d’âge pour l’embauche : 18 ans minimum.

Facebook
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FAITES LE QUIZZ POUR TROUVER VOTRE MÉTIER
Retour en haut

Log In