On vous aide à trouver votre futur métier

Fiche Métier d’éducateur spécialisé

Éducateur spécialisé
4.4/5 - (16 votes)

Voici la fiche métier complète du métier d’éducateur spécialisé

Missions, tâches et fonctions de l’éducateur spécialisé

L’éducateur spécialisé est un expert de l’aide aux personnes en difficulté. Il s’occupe des jeunes souffrant de troubles familiaux, scolaires ou comportementaux, des adultes confrontés à des difficultés physiques et/ou sociales, et des personnes handicapées mentales. Son but est de leur donner de la valeur et de favoriser (ou de restaurer) leurs compétences et leur autonomie, leur aptitude à interagir avec les autres et leur insertion sociale et professionnelle à travers des activités éducatives et sociales (ateliers, soutien scolaire, aide à l’emploi, etc.).

Activités quotidiennes d’un éducateur spécialisé

L’emploi du temps de l’éducateur spécialisé peut varier en fonction de l’établissement. Nous allons suivre ici le parcours d’un éduc spé travaillant dans un institut médico-spécialisé accompagnant des enfants autistes âgés de 4 à 14 ans.

Dès son arrivée, l’éducateur assiste à une réunion de 15 minutes pour être mis au courant des évènements de la journée. Puis, il va accueillir les jeunes sur la cour pour une demi-heure. Ensuite, lors du « quoi de neuf ? », les enfants peuvent partager leurs humeurs, et viendra ensuite un temps de collation avant de commencer les activités de la journée.

Le matin, deux ateliers sont programmés. Selon l’âge des enfants, on peut retrouver des jeux de lecture, des jeux d’autonomie pour les non-lecteurs, des imagiers, des exercices mathématiques, des jeux logiques, etc. Les ateliers peuvent être organisés en solo ou en groupe.

Entre les deux activités du matin, un temps de récréation est prévu pour faire prendre l’air aux jeunes. Après le repas, une dernière activité est programmée, et à la fin de la journée, les enfants goûtent et rentrent chez eux (vers 16h00).

Le travail de l’éducateur se poursuit par une réunion (synthèse, organisation, clinique…) durant laquelle l’éducateur collabore avec d’autres intervenants (directeur, médecin, psychomotricien, orthophoniste, etc) pour élaborer un projet adapté à chaque jeune. De plus, il est amené à travailler en étroite collaboration avec les parents des jeunes pour les aider à prendre conscience du handicap ou des difficultés rencontrées, et à leur proposer des solutions.

Enfin, l’éducateur spécialisé est responsable des tâches administratives liées à son métier (écriture de bilans, projets, appels téléphoniques, etc).

Généralement, l’éducateur spécialisé ne porte pas de tenue particulière. Cependant, dans le milieu hospitalier, il peut porter une blouse et des chaussures de sécurité. Ses vêtements doivent être confortables et lui permettre d’effectuer des mouvements libres. Les bijoux et les faux-ongles sont à proscrire car ils peuvent être dangereux pour les personnes accompagnées.

Pour effectuer son travail, l’éducateur spécialisé aura besoin d’un stylo, d’un carnet et d’un téléphone. Dans certains établissements, des documents et des outils informatiques peuvent être fournis.

Le métier d’éducateur spécialisé requiert variété et adaptation. Le matériel peut être des livres, des outils pour des activités artistiques (peinture, dessin, etc.), des moyens pédagogiques, des parcours motrices, etc.

Pour exercer ce métier, il est primordial d’avoir le sens des responsabilités et de l’engagement personnel, d’être attentif aux problèmes sociaux et humains, d’être capable de travailler en équipe et d’être créatif pour inventer des méthodes éducatives. La capacité d’écoute et un bon équilibre psychologique sont également essentiels.

Après l’assistante maternelle, l’éducateur spécialisé est le métier social le plus recherché. Les occasions d’emploi sont donc nombreuses, notamment à cause des départs à la retraite.

Il peut travailler dans les hôpitaux, les services de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, les prisons, les entreprises d’insertion, les foyers de jeunes travailleurs, les services sociaux, les Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale, les Établissements et Service d’Aide par le Travail, les Instituts Médico-Éducatifs, les Instituts Nationaux de Jeunes Sourds et les Instituts Thérapeutiques Éducatifs et Pédagogiques, etc.

Les horaires sont généralement décalés (la nuit, les week-ends et la fin de journée) et les réunions avec des équipes multidisciplinaires peuvent se dérouler en dehors de l’horaire de travail.

Pour connaître le salaire et l’évolution de carrière d’un Éducateur spécialisé, vous pouvez lire notre article sur le sujet.

En début de carrière, un éducateur spécialisé fonctionnaire touche en moyenne 1.600€ brut par mois. Dans le secteur privé, ce salaire est de 2.685€ net en moyenne. Une prime de service et d’indemnité de sujétion spéciale est attribuée aux personnels ayant 3 contraintes dans le mois travaillé. En fin de carrière, le salaire moyen est de 2.106€ net par mois. Les travailleurs sociaux sont susceptibles de devenir directeur d’un établissement social privé, délégué à la tutelle, conseiller technique, conseiller conjugal et familial, responsable d’une circonscription d’action sociale. Une formation complémentaire comme un Diplôme d’État en Ingénierie Sociale (DEIS), un Certificat d’Aptitude aux Fonctions de Directeur d’Établissement Social (CAFDES) ou un Certificat d’Aptitude aux Fonctions d’Encadrement et de Responsable d’Unité d’Intervention Sociale (CAFERUIS) est également possible. Le salaire et l’évolution de carrière d’un éducateur spécialisé

  • présentation de projet,
  • épreuve de mise en situation professionnelle.

Épreuves des DC3 et DC4 :

  • épreuve portant sur l’actualité éducative et sociale.

Quels diplômes, concours, études et formations requis pour devenir Accompagnant Éducateur Spécialisé ?

Pour devenir Accompagnant Éducateur Spécialisé, il est nécessaire d’obtenir le Diplôme D’État d’Éducateur Spécialisé (DEES).

Pour cela, le titulaire doit être in possession du baccalauréat, ou d’un équivalent, puis préparer le DEES sur une période de 3 années :

  • soit en rejoignant un DUT carrières sociales, option éducation spécialisée (2 années) avec une année de spécialisation pour décrocher le DEES (universités Grenoble 2 et Lille 3),
  • soit à travers un concours d’admission dans l’une des 80 écoles spécialisées relevant du Ministère du Travail.

Concours d’entrée en école préparatoire au DEES

Pour intégrer la formation qui prépare au DEES, il faut tout d’abord rédiger une lettre de motivation à l’établissement choisi. L’école envoye alors un dossier d’inscription. Le candidat doit être détenteur d’un BAC ou d’un autre diplôme issu du secteur social.

Un concours est également organisé par l’école de formation : une épreuve écrite d’admissibilité et deux épreuves orale d’admission. Ces épreuves sont payantes, comptez environ 200€.

  • Épreuve d’admissibilité du Concours d’Entrée :

L’épreuve écrite consiste à analyser une situation familiale ou éducative (à partir d’un dossier d’environ 25 pages). Le candidat doit alors identifier la problématique et apporter des solutions. Des tests psychotechniques ou un QCM sur des thèmes des domaines sanitaires et sociaux peuvent être demandés par certaines écoles.

Durée de l’épreuve : 4 heures.

  • Épreuves d’admission du Concours d’Entrée :

Ces épreuves sont au nombre de deux et sont toutes orales. La première épreuve consiste en un entretien avec un jury qui s’assure des capacités du candidat à exercer les fonctions d’éducateur (15 minutes).

La seconde épreuve est une table ronde pour évaluer l’aptitude du candidat à prendre la parole, ses qualités relationnelles et d’écoute. Elle consiste en l’élaboration d’une réponse collective à des questions d’actualité éducative et sociale (30 minutes).

Formation d’Éducateur Spécialisé

La formation d’éducateur spécialisé s’étale sur 3 années. Elle se décompose en une formation théorique de 50 heures et en une formation pratique (stages) de 2.100 heures.

La formation théorique est composée de 4 domaines de compétences (DC) :

  • DC1 – Accompagnement social et éducatif spécialisé,
  • DC2 – Conception et conduite de projet éducatif spécialisé,
  • DC3 – Communication professionnelle,
  • DC4 – Implication dans les dynamiques partenariales, institutionnelles et interinstitutionnelles.

Les titulaires de certains diplômes (diplôme de travail social de niveau III et diplôme d’état de moniteur éducateur) peuvent bénéficier de dérogations de certification.

Stages d’Éducateur Spécialisé

La formation pratique prend la forme d’un stage d’une durée de 28 à 36 semaines (980 à 60 heures) et d’au moins deux stages d’une durée minimale de 8 semaines (280 heures).

L’un des stages est obligatoirement effectué dans une structure recevant du public en situation d’hébergement. Les autres stages doivent couvrir un large panel d’expériences (publics, méthodes d’intervention).

Diplôme d’État d’Éducateur Spécialisé

Pour obtenir le diplôme d’état d’éducateur spécialisé, il est nécessaire de valider chacun des 4 domaines de compétences divisés en plusieurs épreuves.

Épreuves du DC1 :

  • présentation du parcours de formation,
  • mémoire de pratique professionnelle (40 à 45 pages hors annexes),

Épreuves du DC2 :

  • présentation de projet,
  • épreuve de mise en situation professionnelle.

Épreuves des DC3 et DC4 :

  • épreuve portant sur l’actualité éducative et sociale.

Épreuves du DEES :

  • étude d’une situation individuelle ou collective,
  • élaboration d’un projet éducatif spécialisé,
  • communication professionnelle,
  • dossier sur le travail d’équipe et les dynamiques institutionnelles,
  • analyse d’une problématique territoriale ou partenariale,
  • contrôle de connaissances sur les politiques sociales.

La validation de ce diplôme nécessite une moyenne des deux notes supérieure ou égale à 10/20. Une fois le diplôme obtenu, le recteur de l’académie et le directeur régional des affaires sanitaires et sociales remet le Diplôme d’État d’Éducateur Spécialisé (DEES).

La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) est également possible pour obtenir le DEES, un dossier de demande est à retirer auprès du rectorat pour en bénéficier.

Quelle est la formation nécessaire pour devenir Éducateur Spécialisé ?

Pour devenir Éducateur Spécialisé, il faut suivre une formation dans un établissement agréé par l’État, comme un Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) ou une École Supérieure du Professorat et de l’Éducation (ESPE). La formation est généralement sanctionnée par un diplôme de niveau bac +3 ou bac +4, comme un diplôme de niveau master en éducation spécialisée ou un diplôme de niveau DUT carrières sociales.

Quelle est la rémunération d’un Éducateur Spécialisé ?

Le salaire d’un Éducateur Spécialisé dépend de son niveau de formation et de son expérience professionnelle. En moyenne, un Éducateur Spécialisé débutant gagne entre 1 800 € et 2 100 € brut par mois. Les Éducateurs Spécialisés expérimentés peuvent gagner jusqu’à 3 500 € brut par mois.

Quelles sont les principales missions d’un Éducateur Spécialisé ?

Les principales missions d’un Éducateur Spécialisé sont d’aider les personnes en difficulté à s’adapter à leur environnement, à résoudre leurs problèmes et à développer leur autonomie. Les Éducateurs Spécialisés peuvent travailler avec des personnes souffrant de handicap physique ou mental, des personnes âgées, des toxicomanes ou des délinquants. Ils peuvent également être amenés à organiser des activités et à dispenser des conseils, ainsi qu’à accompagner les personnes dans leurs démarches administratives.

Synonymes et professions associées : « éduc spé », travailleur social, auxiliaire médico-psychologique, assistant familial, monitrice éducatrice, éducateur de jeunes enfants, animateur jeunesse, animateur socio-culturel, assistant social, adjoint territorial d’animation, accompagnant éducatif et social, AVS, AESH, animateur périscolaire.
Niveau d’études ou diplôme requis : Diplôme d’État d’Éducateur Spécialisé (DEES).
Études en alternance : oui.
Salaire de départ : 1.600€ brut par mois + primes (dans le public).
Statut : fonctionnaire de la fonction publique hospitalière, territoriale ou d’État, salarié.
Limite d’âge pour le recrutement : aucune.

Facebook
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FAITES LE QUIZZ POUR TROUVER VOTRE MÉTIER
Retour en haut

Log In