On vous aide à trouver votre futur métier

Fiche Métier accompagnant éducatif et social (AES)

AESH
4.4/5 - (14 votes)

L’Accompagnant Éducatif et Social, ou AES, s’occupe des personnes en difficulté, malades ou dépendantes pour leurs tâches et activités de la vie quotidienne. Découvrez toutes les informations requises pour devenir accompagnant éducatif et social.

Quelle est la mission de l’Accompagnant Éducatif et Social ?

Quotidien d’un Accompagnant Éducatif et Social

En fonction de sa spécialisation, l’accompagnant éducatif et social peut exercer son activité à domicile (particuliers, foyer, service d’aide à domicile), en structure collective (centre d’accueil et de réinsertion sociale, maison spécialisée, institut thérapeutique…) ou en milieu scolaire (école maternelle et primaire, collège, lycée, centre privé de formation).

Le rôle de l’AES est d’aider les personnes ayant des difficultés pour réaliser leurs besoins quotidiens.

L’accompagnant éducatif et social qui intervient à domicile des personnes aidées, gère plusieurs visites dans une journée. Ses tâches dépendent de l’état de la personne soutenue (personnes âgées, personnes en situation de handicap, famille en difficulté).

Un accompagnant éducatif et social peut simplement apporter son repas à la personne, ou bien, il peut lui venir en aide pour des activités telles que le nettoyage ou l’entretien de son domicile (nettoyage, vaisselle, lessive…). L’accompagnant éducatif et social peut également effectuer des démarches administratives (régler une facture, répondre au courrier…) ou encore les courses (permis de conduire obligatoire).

L’AES fournit un soutien à la personne aidée à son domicile, jusqu’à ce que son état ne nécessite pas une hospitalisation ou des soins particuliers.

Dans une structure d’accueil pour personnes âgées ou handicapées, l’AES accompagne les personnes tout au long de leur vie : lever, coucher, toilette, habillage, repas, déplacements, etc.

L’accompagnant intervient également pour des divertissements avec les personnes aidées, par exemple des jeux de société (échecs, jeux de plateaux, de cartes…) ou des activités culturelles (peinture, cinéma…) et sportives (promenade ou sports collectifs), etc.

Lorsqu’il est employé dans le milieu scolaire, l’accompagnant éducatif et social est généralement affecté à un seul élève. Il peut s’agir d’un étudiant handicapé qui a besoin d’être soutenu pour se concentrer et apprendre. L’AES lui explique les cours qu’il n’aurait pas compris la première fois, il l’aide à faire ses exercices et ses devoirs.

Tout est mis en œuvre pour que l’enfant suive une scolarité adaptée à ses capacités physiques et psychiques. Dans ce cadre, l’accompagnant éducatif et social doit veiller à respecter le programme voulu par l’enseignant et à ne pas perturber le fonctionnement de la classe par sa présence. Il doit donc être discret et à l’écoute.

L’AES doit savoir se présenter comme un professionnel du secteur de l’action sociale et médico-sociale. Pour cela, il doit soutenir la personne au quotidien (maintenance à domicile, soutien scolaire, tâches quotidiennes), contribuer à l’animation de la vie sociale et citoyenne de la personne qu’il accompagne (liaison avec la famille, le voisinage, les camarades de classe).

Il doit veiller au respect de ses droits et libertés et de ses choix de vie au quotidien (promotion de son autonomie, respect de son intimité). L’AES contribue à l’intégration sociale des personnes en difficulté et participe à la lutte contre l’exclusion. Il n’est pas rare que le rôle de l’AES se rapproche d’un soutien psychologique et social.

Quel que soit le lieu d’exercice, l’accompagnant travaille en collaboration avec d’autres professionnels (infirmiers, aide-soignants, enseignants, directeurs d’établissements…) avec lesquels il élabore son projet d’accompagnement. Il faut être vigilant pour ne pas effectuer des actions ou des gestes dont d’autres professionnels sont responsables, car cela pourrait le rendre responsable en cas de problème (soins d’une plaie, pédicure, préparation de médicaments…).

L’AES doit porter une blouse lorsqu’il travaille chez les bénéficiaires. En collectivité, il devra porter une tenue médicale complète (blouse, pantalon, chaussures). En milieu scolaire, il doit se vêtir d’habits civils.

L’accompagnant n’a pas besoin de matériel particulier. Il est équipé en fonction des besoins des aidés. Il doit toutefois posséder un téléphone portable et disposer d’un moyen de locomotion.

Compétences et qualités essentielles

L’auxiliaire de vie sociale doit être à l’écoute et responsable. Il doit être capable de faire face à des circonstances difficiles et être stable psychologiquement. Il doit faire preuve de délicatesse pour comprendre et satisfaire les attentes des bénéficiaires.

L’AES doit être en bonne condition physique car il est amené à déplacer des personnes à mobilité réduite et à effectuer des travaux ménagers. Il est conseillé de posséder des notions en « gestes et postures » et d’avoir un permis de conduire. Il doit également avoir des connaissances en alimentation et en hygiène. Enfin, il doit être discret et avoir la capacité de s’adapter aux imprévus.

Débouchés, recrutement, exercice

En 2016, les diplômes d’état d’auxiliaire de vie sociale et d’aide médico-psychologique ont été unifiés sous le terme du Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES).

Cette évolution offre à l’AES une plus grande liberté dans l’exercice de son métier.

Selon sa spécialité, l’accompagnant éducatif et social peut exercer dans différents secteurs :

  • Accompagnement à domicile : l’AES intervient auprès des personnes âgées, handicapées et leurs proches. Il veille à ce que leurs droits et libertés soient garantis et que leurs choix de vie soient respectés. Il travaille chez le bénéficiaire ou dans des services d’accompagnement médico-social avec un particulier, une association ou une entreprise.
  • Accompagnement en collectivité : dans le cadre d’un projet institutionnel, l’AES contribue à la qualité de vie des usagers. Il exerce principalement en internat ou semi-internat dans des établissements médico-sociaux tels que les EHPAD, les ITEP, les MAS ou les CHRS.
  • Accompagnement à l’inclusion et à la vie ordinaire : l’AES accompagne des enfants, adolescents et jeunes adultes handicapés dans le but de leur permettre d’accéder à l’autonomie. Il met en place des activités d’apprentissage, culturelles, sportives, artistiques et de loisirs. Il exerce principalement dans des structures d’accueil de la petite enfance et des établissements d’enseignement et de formation. Son employeur peut être une association, une commune ou une administration.

Le recrutement de l’accompagnant éducatif et social se fait par candidature (CV, lettre de motivation et entretien).

Les AES peuvent également travailler dans des associations d’aide à domicile, des structures associatives, des communes, des CCAS, des entreprises d’aide à la personne, des établissements de petite enfance, des services de l’Éducation Nationale etc.

Horaires, conditions et temps de travail

Les horaires de l’AES sont très variables selon l’employeur. L’accompagnateur peut effectuer des gardes, de jour ou de nuit, et est amené à travailler le week-end. Il peut travailler à mi-temps ou cumuler deux mi-temps pour arriver à un temps plein. Quand il travaille dans une structure, il a des horaires plus réguliers.

L’emploi d’accompagnant éducatif et social est en croissance, notamment dans le domaine de l’accompagnement à domicile. Les progrès de la médecine et la création de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) permettent à de plus en plus de personnes âgées et handicapées de résider à leur domicile. C’est un métier très recherché et très porteur, avec de nombreux débouchés. Une personne bien formée n’aura aucun mal à décrocher un emploi.

 

Quelle est la rémunération et l’évolution de carrière d’un Accompagnant Éducatif et Social

Rémunération d’un AES

En début de carrière, un accompagnant éducatif et social touche à peu près le SMIC, qu’il soit fonctionnaire ou salarié.

À la fin de sa carrière, son salaire est lié à son statut.

Si le AES est un fonctionnaire de la filière médico-sociale, son salaire en fin de carrière se situe vers les 2.000€ bruts + primes et indemnités.

Dans le secteur privé, les salaires sont généralement plus élevés mais varient en fonction de la convention collective à laquelle l’accompagnant est rattaché, de son échelon et de la valeur du point.

En fin de carrière, l’AES peut gagner entre 1.700€ et 1.800€ net auxquels s’ajoutent des primes et indemnités.

Évolution de carrière d’un AES

Le diplôme d’état d’AES donne à ses titulaires une grande mobilité professionnelle et la possibilité de passer de spécialité en spécialité.

Par exemple, le titulaire du Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES) dans le domaine de l’accompagnement de la vie à domicile, peut suivre des formations pour se spécialiser dans les deux autres spécialités (accompagnement de la vie en structure collective, accompagnement à l’éducation inclusive à la vie ordinaire) grâce à la formation continue.

Les AES peuvent aussi suivre une formation menant au Diplôme d’État de Technicien de l’Intervention Sociale et Familiale (DETISF) avec des allègements de formation importants.

Il est très facile de suivre des formations complémentaires ou de faire une validation des acquis de l’expérience pour travailler dans d’autres secteurs.

Quels sont les concours, études, formations et diplômes nécessaires pour devenir Accompagnant Éducatif et Social ?

Pour devenir accompagnant éducatif et social, il est nécessaire d’obtenir le Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES).

Ce diplôme se trouve au niveau V (à l’équivalent du CAP / BEP) et regroupe deux anciens diplômes d’état : auxiliaire de vie sociale et aide médico-psychologique.

Aucun diplôme, niveau d’études ou préparation particulière n’est requis pour préparer le DEAES, mais il faut réussir un examen d’entrée pour intégrer la formation.

Formation, Stage et Diplôme DEAES

Le candidat qui a réussi le concours d’entrée suit une formation de 525 heures théoriques et 840 heures pratiques sur une période allant de 12 à 24 mois selon les écoles.

Quatre domaines de compétences sont abordés :

  • positionnement en tant que professionnel dans le champ de l’action sociale,
  • accompagnement de la personne dans la proximité,
  • collaboration avec les autres professionnels concernés,
  • participation à l’animation de la vie sociale et citoyenne de la personne.

L’évaluation des compétences du candidat est réalisée par son établissement tout au long de son parcours de formation (contrôle continu et pratique professionnelle en stage). En fin d’année, des épreuves orales et écrites sont organisées pour chaque compétence, en complément du contrôle continu (présentation de dossiers pratiques, soutenance orale, épreuve écrite de situation).

Les stages du DEAES :

La durée des stages varie selon la situation du candidat :

  • si le candidat est salarié, il doit effectuer un stage de 140 heures en dehors de son entreprise,
  • pour les autres candidats, la durée du stage est de 840 heures.

Le diplôme DEAES :

Lorsque le candidat a terminé la formation, le Directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale lui délivre le Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES).

Tous les diplômes du travail social (y compris le DEAES) peuvent être obtenus (entièrement ou partiellement) par la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

Concours pour entrer dans la formation DEAES

Pour entrer dans la formation qui prépare au DEAES, il faut avoir passé avec succès un examen organisé par les établissements de formation. Celui-ci est composé d’une épreuve écrite d’admissibilité et d’une épreuve orale d’admission.

  • Épreuve d’admissibilité :

Cette étape consiste en un questionnaire sur l’actualité sociale. Il faut obtenir au moins la moyenne pour se présenter à l’épreuve orale.

Cette dernière se déroule sous forme d’un entretien de 30 minutes qui permet d’évaluer les connaissances sanitaires et sociales du candidat, ses motivations et sa perception du métier. Un jury composé d’un formateur et d’un professionnel du secteur est chargé de cette tâche.

Quel est le salaire et la progression de carrière d’un Accompagnant Éducatif et Social

Salaire d’un AES

Au début de sa carrière, un accompagnant éducatif et social gagne approximativement le SMIC, qu’il soit fonctionnaire ou salarié.

À la fin de sa carrière, son revenu dépend de son statut.

Si le AES est fonctionnaire de la filière médico-sociale, son salaire en fin de carrière se situe aux alentours des 2.000€ bruts + primes et indemnités.

Dans le secteur privé, les salaires sont plus hauts mais dépendent de la convention collective à laquelle l’accompagnant est rattaché, de son échelon et de la valeur du point.

En fin de carrière, l’AES peut espérer toucher entre 1.700€ et 1.800€ net auxquels s’ajoutent des primes et indemnités.

Progression de carrière d’un AES

Le diplôme d’état d’AES offre à ses titulaires une grande mobilité professionnelle et leur permet de passer d’une spécialité à l’autre.

Par exemple, le titulaire du Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social (DEAES) dans le domaine de l’accompagnement de la vie à domicile, peut suivre des cours pour se spécialiser dans les deux autres spécialités (accompagnement de la vie en structure collective, accompagnement à l’éducation inclusive à la vie ordinaire) grâce à la formation continue.

Les AES peuvent aussi bénéficier d’allègements de formation importants pour suivre une formation menant au Diplôme d’État de Technicien de l’Intervention Sociale et Familiale (DETISF).

Il est très facile de suivre des formations complémentaires ou de faire une validation des acquis de l’expérience pour travailler dans d’autres secteurs.

Mots-clefs : Auxiliaire de Vie Scolaire (AVS), soutien à la personne, aidant à domicile, aide soignant, garde malade, animatrice socioculturelle, dame de compagnie, moniteur éducateur, assistant médico-psychologique, ADVF, AAPAPD, AESH.
Nécessaire pour être embauché : DEAES (Diplôme d’Etat d’Accompagnant Éducatif et Social).
Formation en alternance : oui.
Salaire : SMIC, primes possibles.
Statut : fonctionnaire d’État de catégorie C de la filière médico-sociale, employé.
Limite d’âge pour le recrutement : aucune.

Facebook
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FAITES LE QUIZZ POUR TROUVER VOTRE MÉTIER
Retour en haut

Log In